Concepts et définitions

Les oiseaux chantent, la moto remonte le boulevard, la voisine reçoit ses amis pour une fête, les clochent sonnent… Le bruit est signe qu’il y a de la vie !
Notre environnement sonore, composé de bruits et de sons, nous renseigne, nous oriente, nous imprègne.

Mais au fait, qu’est-ce que le bruit ?

Si vous voulez trouver les secrets de l’univers, pensez en termes d’énergie, de fréquence, d’information et de vibration.

Nikola Tesla, ingénieur célèbre du 20e Siècle


 « Tout objet susceptible de vibrer peut produire un son. La vibration de l'objet se transmet aux particules d'air environnantes, créant une onde vibratoire qui se propage de proche en proche dans toutes les directions, un peu comme les vaguelettes produites par un caillou jeté dans l'eau.
Nous entendons le plus souvent des sons complexes (la voix, par exemple) constitués de plusieurs sons purs émis simultanément. Lorsque le nombre de sons purs mélangés s'élève et accroît la complexité du son, on parle de bruit. »
Source : Université de Liège 

Le son résonne. Il se propage dans toutes les directions, dans tous les matériaux. Quand une onde acoustique rencontre un obstacle, son énergie est réfléchie, absorbée ou modifiée. Le son interagit en permanence avec son environnement matériel et vivant.
La définition de bruit est parfois déclinée de manière négative, telle une « sensation auditive considérée comme désagréable ou gênante (…) un mélange confus de sons sans harmonie en opposition à la musique »
Source : "L’environnement sonore à l’école. Agis-sons !"

La puissance du bruit, mesurée en décibels

L'oreille humaine peut percevoir des sons de fréquences allant de 16 Hz (très graves) à 16000 Hz (très aigus, à la limite des ultrasons). Aussi, notre oreille est moins sensible aux sons en basses fréquences (20Hz) qu’aux sons en moyennes fréquences (1 000Hz). Elle est aussi moins sensible aux bruits très aigus.
Un bruit est défini par sa puissance, exprimée en décibels (dB) et qui peut être mesuré par un sonomètre. A noter : on ajoute trois décibels lorsque l’on additionne deux bruits de même intensité.
Les décibels sont annotés de plusieurs manières en vue de traduire la perception humaine. L’oreille ne perçoit qu’une partie des sons auxquels elle est exposée. Entre l’audibilité et la douleur, il existe un facteur d’un million !
Pour tenir compte de ce phénomène, plusieurs courbes de pondération (A, B, et C) correspondent à la sensibilité de l’oreille et corrigent les niveaux sonores mesurés par les microphones. Pour les environnements calmes, on notera pour apporter cette précision db(A). Pour des milieux avec des niveaux sonores plus élevés, on utilisera db(B) et db(C).
Source : « Qu’est Qu’est-ce qu’un dB, un dB(A), dB(B), un dB(C) ? »

Du bruit : à la campagne aussi !

coq qui chante

Pour les citadins, partir en vacances ou s’installer à la campagne rime avec calme. Une illusion bien souvent ! Les cloches sonnent avec dynamisme, les appareils agricoles sont en route tôt le matin, les animaux s’expriment (chiens, coqs, ânes, grenouilles, etc.).
Ces dernières années, l’écart entre rêve et réalité sonore à la campagne devient un problème qui prend de l’ampleur.
Une série de plaintes a été déposée aux maires de villages. Des poursuites en justice ont été menées par des riverains fraîchement arrivés. Un cas est devenu célèbre : celui de Maurice, le coq de Saint-Pierre-d’Oléron, accusé « d’être une nuisance sonore » et sorti non-coupable du tribunal correctionnel de Rochefort début septembre 2019, rapporte Le Point. En réaction, le maire du village concerné s’est adressé au gouvernement français, demandant l’inscription des bruits de nos campagnes au patrimoine national. Son objectif : que les "néoruraux" cessent de déposer des plaintes.