Concepts et définitions

Étonnant que notre planète s’appelle « Terre » ! Bien qu’elle soit inégalement répartie, l’eau est l’une des ressources les plus abondantes de la planète.

72 %
la surface de la Terre,
couverte par l'eau des océans, des mers, des rivières et des lacs
(28 % pour les terres émergées)

L’eau est principalement salée. L’eau douce, indispensable à la santé et au maintien des écosystèmes représente 3% de la totalité de l’eau et est en grande partie inaccessible pour des raisons très variées (gestion complexe, gaspillage, pollution des réserves, réseaux d’acheminement inexistants, etc.).

Une ressource en circuit fermé

Cette ressource suit un circuit fermé depuis des milliards d’années : l’eau de mer s’évapore, forme des nuages qui se chargent d’humidité qu’ils libèrent sous forme de précipitations. Ces précipitations prennent des chemins divers : cours d’eau, nappes phréatiques, mers, etc. Ce que nous rejetons dans l’eau (lessives, cosmétiques, médicaments , produits de bricolage, etc.) est partiellement traité. Ce qui subsiste de ces rejets se retrouve dans les nappes phréatiques, réserves de l’eau de consommation. Polluer l’eau, c’est polluer l’eau que l’on consomme !

H2O : des propriétés inattendues

L’eau existe à l’état liquide, solide ou gazeux.
Ce corps a pour unité de base la molécule d’eau. La molécule d’eau est formée d’un atome d’oxygène relié à deux atomes d’hydrogène, d’où la notation H2O. Au niveau scientifique, ses propriétés s’avèrent parfois inattendues.

Sous une apparente simplicité, 3 atomes dont 2 d’hydrogène,
l’eau cache des propriétés d’une richesse exceptionnelle dues en particulier à sa structure spatiale.

Sources : « L’eau douce », dossier scientifique Sagasicences/CNRS
« L’eau, c’est quoi ? », Le Centre d’information sur l’eau

Vers une pénurie d’eau

Les ressources présentes sur un territoire dépendent du climat. Les situations à la surface du globe sont donc très inégales. La France est un pays relativement riche en eau. Les besoins sont généralement couverts par des prélèvements dans les rivières et les nappes phréatiques mais des risques de pénurie existent. Le réchauffement climatique entraîne un climat plus sec, plus chaud et une baisse de l’enneigement.
Progressivement, les nappes phréatiques s’assèchent et il y a moins de débit dans les cours d’eau.

40%
des territoires
du grand quart Sud-Est de la France
concernés par un manque d’eau

Avec le changement climatique, ces territoires risquent de connaître une situation de pénurie, aussi appelée stress hydrique. On parle aussi parfois de « crise de l’eau » : les besoins de prélèvements dépassent les ressources disponibles et mettent en danger la vie aquatique. Pour l’été 2050, on estime à 30% le pourcentage de chute de débit du Rhône, faute de fonte des neiges de printemps.

Source : Rapport d’activité 2017, Agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse
et "Partageons l’eau, on a tous à y gagner !", Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse / Big Bang communication

Le besoin en eau des Hommes

Pour boire et satisfaire ses besoins d’hygiène, chaque personne a besoin, par jour, de 20 à 50 litres d’eau ne contenant ni produits chimiques dangereux ni contaminants microbiens. La consommation d’eau globale est bien plus importante.

150 à 200
litres d’eau par jour
en moyenne
consommés par personne
en France

Cette eau est consommée essentiellement dans les maisons. Elle est utilisée pour la boisson, l’hygiène corporelle, les sanitaires, l’entretien de l’habitat et les diverses tâches ménagères.

A cette consommation « individuelle », il faut ajouter les consommations industrielles, agricoles (agriculture, pêche, pisciculture, etc.) ou collectives (hôpitaux, jardins, écoles, etc.).

À découvrir dans la médiathèque