Méthode
Type
Fiche méthode d'animation

Le bocal à poissons

Mots clés

Cette méthode a plusieurs noms : cercle excentrique, bocal à poissons ou cercle samoan.
Sur un sujet donné, nous avons toutes et tous un avis à exprimer, des questions à formuler ou encore une expérience à partager. Afin de susciter la participation et l'expression de chacun, l'organisation spatiale d'une assemblée est prépondérante.
La méthode du bocal à poissons propose ainsi un agencement spatial plaçant l'ensemble des  participants sur un même niveau quel que soit leur niveau de connaissance ou d'expertise.   
Elle permet ainsi d'organiser une conversation avec un grand groupe de façon conviviale, en favorisant l'inclusion et l'expression de différents points de vue.

Objectifs
  • Explorer et/ou approfondir un sujet collectivement.
  • Faciliter le dialogue et mettre en lumière différents points de vue.
  • Croiser des regards et partager des préoccupations.
  • Favoriser l'écoute dans les échanges en grand groupe.
  • Proposer un temps de discussion en plénière de manière inclusive.
Préparation
  • On aura défini une durée. Pour ce genre de séquence, il est nécessaire de prévoir au minimum 1 heure.
  • En amont, on aura défini clairement un sujet de discussion, une question (voire deux ou trois sous-questions).
  • L'animateur (ou les animateurs) auront défriché le thème, cela leur permettra notamment de prévoir des questions de relance.
Installation
  • Selon la taille du groupe, placer de 3 à 8 chaises en cercle, au centre de la pièce. Cet espace est appelé « bocal ».
  • Disposer le reste des chaises tout autour de ce cercle concentrique afin d'en avoir une par personne, en laissant des passages permettant l'accès facile entre le cercle central et le reste de la salle.
  • Bien penser à laisser des couloirs réglementaires entre les chaises pour la sécurité et la libre circulation des personnes.
Schema d'installation du bocal à poissons
Schéma d'installation du bocal à poissons
  • L'animateur peut occuper une chaise dans le « bocal » (c'est une position qu'il occupera alors tout au long du débat) ou se situer à l'extérieur des cercles. Ce choix de positionnement spatial dépend à la fois de la taille du groupe (un positionnement à l'intérieur du cercle peut faciliter la régulation des échanges si le groupe est important) ou de la posture adoptée par l'animateur (discussion très libre avec un animateur quasiment absent ou des échanges un peu plus encadré par l'animateur).
Description

Le principe général est « le débat se passe dans le bocal », pour prendre la parole, un participant doit venir se placer dans le « bocal ». Les participants situés dans le cercle ou les cercles extérieurs sont dans l'écoute. Ainsi la discussion se déroule sous forme d'une conversation libre et non dirigée, pour explorer, approfondir un sujet ou répondre à une question.

Le déroulement

  1. L'animateur explique les objectifs de la séquence, son déroulement et donne les consignes de prise de parole.
  2. Dans un premier temps, d'une durée de 5 à 10 minutes, 1 à 4 personnes sont invitées à se positionner dans le « bocal ». Ils peuvent être des experts (expertise liée aux connaissances ou à l'expérience de terrain) ou des personnes identifiées en amont, ayant déjà mené une réflexion sur le sujet. Ces personnes auront comme tâche de lancer la discussion. Les autres participants, situés en dehors du « bocal », écoutent les débatteurs.
  3. Après les premiers échanges, l'animateur annonce que le cercle est ouvert. Les participants souhaitant se joindre au débat, faire une remarque ou poser une question sont invités à venir s'asseoir sur une des chaises vides. Un participant peut rester dans le cercle le temps qu'il souhaite, jusqu'au moment où il estime qu'il doit laisser sa place et sortir du « bocal ». Il est possible que toutes les places soient prises alors qu'un participant souhaite entrer dans le cercle central. Il convient d'instaurer une règle pour demander à entrer (par exemple, taper sur l'épaule d'un des participants à un moment où il ne parle pas).
    Ainsi, on peut prévoir que certains restent pendant toute la durée de cette séquence ou au contraire permettre à chacun d'entrer et de sortir tout au long de celle-ci. Par exemple, 3 places peuvent être occupées de façon permanente par des invités (chercheurs, témoins,…) et 4 chaises libres sont à disposition du reste de la salle.
  4. Lorsque les discussions sont terminées, l'animateur peut conclure en proposant un résumé, une synthèse.

Quelques points de vigilance

  • Le rôle de l'animateur est essentiellement tourné vers l'observation et de recadrage. Les échanges doivent être libres et fluides, avec le moins d'interruptions possibles.
  • Attention toutefois à éviter d'ouvrir des sujets de discussion sans les refermer, « les pensées en escalier » peuvent-être difficiles à suivre. Pour cela, l'animateur peut demander aux personnes qui entrent dans le « bocal » si leur intervention concerne le sujet en cours ou s'il s'agit d'une nouvelle idée. Dans cette tâche, l'animateur peut être secondé par une personne à l'extérieur des cercles qui note les idées  abordées sur un tableau. C'est également un appui possible pour proposer un résumé, une synthèse des échanges. Il faut alors bien indiquer au démarrage, le statut particulier de cette personne qui peut intervenir à tout moment sans venir dans le cercle central, et notamment pour recentrer la discussion.
  • Les participants ont le pouvoir de choisir l'orientation de la discussion, l'ordre et la façon d'aborder les sujets, ce qui permet d'être au plus proche des préoccupations des participants. En cas de présence d'un expert, il est au service du groupe et doit faire preuve d'une véritable écoute. Il convient d'en discuter en amont afin qu'il n'arrive pas avec une présentation toute faite.
Variantes possibles

Des interventions avant le bocal à poissons

Il est possible de faire intervenir des personnes sur un sujet donné avant de lancer la discussion sous forme de bocal à poissons. Le bocal à poissons peut alors démarrer sur les questions de clarifications, de compréhension, ou les réactions.

Associer débat en pétales et bocal à poissons

Pour explorer, défricher un nouveau sujet, il peut être utile de proposer aux participants un premier temps d'échange et de réflexion en petits groupes. Ce temps peut s'animer avec la méthode du débat en pétales. 4 à 5 petits cercles (ou pétales) composés de 5 à 10 personnes sont constitués. Chaque pétale identifie un représentant (ou ambassadeur) qui viendra ensuite partager une synthèse des discussions de son groupe dans le bocal en démarrage du cercle excentrique. Il faut prévoir dans cette variante un temps de reconfiguration spatial pour passer d'un aménagement en pétales à la constitution de cercles de chaises concentriques. Les chaises du bocal auront été prépositionnées en amont.

Possibilités de prévoir plusieurs sujets avec des durées de discussions prédéfinis

L'organisation de la conversation peut-être plus dirigée, plus cadrée. L'animateur peut définir des sous-sujets qui seront discutés en précisant pour chaque point la durée des échanges (20 minutes pour le premier point, 30 pour le deuxième, etc.). Il est essentiel d'annoncer cette organisation au démarrage de l'animation.

 

Sources ayant permis la rédaction de cet article

Article rédigé à partir du « Zoom sur la technique d'animation utilisée » proposé pour la table-ronde du 3 octobre 2017 lors de la journée « Accompagner le changement pour la transition écologique » organisée par le GRAINE Bourgogne-Franche-Comté et le GRAINE Auvergne-Rhône-Alpes. »

Bibliographie / sitographie