Méthode
Type
Fiche méthode d'animation

Carte des représentations des QSV

Mots clés

Comment construire une carte des représentations des controverses sur une question socialement vive ?

Nos publics rencontrent souvent des difficultés à dépasser une entrée dichotomique – pro/anti ou défenseurs/opposants – lorsqu'il s'agit de questions socialement vives (#QSV#). Pour eux, les différentes controverses et les jeux d'acteurs et d'arguments associés sont rarement identifiés, ce qui les empêche d'aborder la complexité et les enjeux réels d'une QSV et, de facto, de pouvoir prendre part au débat public avec une opinion critique et éclairée.

Objectifs

Compétences travaillées chez les participants
- Identifier des controverses et des incertitudes sur une QSV.
- Prendre conscience de la diversité des points de vue et de la complexité de la problématique.
- S'initier à un regard critique et nuancé sur les discours médiatiques, les discours institutionnels, les jeux d'acteurs et d'arguments.
- Etre capable de relever dans les arguments ce qui relève des faits, des preuves, des expériences subjectives et des normes ou valeurs.
- Prendre conscience de sa propre position dans une controverse, et contribuer à une argumentation collective (pas forcément consensuelle).

Finalités éducatives
- Développement de la pensée critique.
- Développement du jugement réflexif.
- Développement de la flexibilité cognitive.

Préparation

Cette activité va permettre de construire assez rapidement une représentation graphique des représentations qu'ont les participants d'une QSV (attention, cette animation ne permet pas d'aboutir à une carte des controverses mais bien à une carte des représentations qu'ont les participants d'un groupe).

L'exercice doit favoriser l'interaction et la prise de position des « joueurs» grâce aux reformulations et synthèses proposées par l'animateur et/ou les participants. Le fait de travailler avec des blocs-notes autoadhésifs sur un temps court permet de dépasser la contrainte de logiciels de visualisation et le temps de recherche d'informations.
L'animateur doit être attentif à structurer son schéma en évitant une construction dichotomique ; il est donc indispensable qu'il ait préalablement réfléchi à sa « propre » cartographie de la QSV.

Description

Déroulement

  1. Introduire (5 min) : poser le cadre : règles de prise de parole (brève, synthétique, constructive), écoute, bienveillance / Présenter les rôles de chacun : animation, garant du temps, distribution de la parole… / Expliquer ce qui va se passer : donner des repères.
    Facultatif (de 2 à 10 min) : Reformuler ensemble la QSV de départ si nécessaire (cela peut arriver à tout moment de l'atelier).
     
  2. Former des binômes de participants (3 min) : pour faciliter la prise de parole et encourager le partage d'idées.
     
  3. Identifier les acteurs (10 min) :
    Chaque binôme de participants identifie 2 à 3 acteurs ou groupes d'acteurs qui interviennent dans le débat (1 acteur ou groupe d'acteur par papier autoadhésif d'une même couleur, différente de celle des controverses. Dans l'illustration, papiers jaunes). Quels sont selon vous les différents acteurs ou groupes d'acteurs - élus, scientifiques, médias, éducateurs, branches professionnelles, grand public, etc. - liés à ces controverses ? Quels sont les auteurs des différents points de vue/ opinions divergentes ?
     
  4. Identifier les arguments par acteur ou groupe d'acteurs (15 min) :
    Chaque binôme identifie 1 ou 2 arguments maximum par acteur ou groupe d'acteurs identifiés (1 argument par papier autoadhésif d'une même couleur. Dans l'illustration, papiers verts) : Quelles sont selon vous les différentes opinions et arguments sur cette question ?
     
  5. Elaboration de la carte (30 min) :
    À tour de rôle les participants positionnent les post-its au tableau et présentent brièvement les acteurs et arguments associés. Au fur et à mesure, l'animateur avec les participants pourra si nécessaire regrouper les acteurs et en reliant éventuellement les arguments entre eux.
    Une fois tous les post-its affichés, l'animateur anime un temps de (re)formulation de chacune des « controverses ». En questionnant les participants sur les choix d'emplacement, de regroupement et de reformulation des controverses et des acteurs, l'animateur initie un temps de débat et d'appropriation.
    Vérifier avec le groupe qu'il n'y a pas « d'angle mort », de type d'acteur ou d'argument essentiel qui manque à la cartographie. Le cas échéant, ajouter ensemble les post-its nécessaires.
     
  6. Analyse de la carte (20 min) :
    Faire verbaliser/nommer les points de controverses ou de tension à partir de regroupements d'arguments (10 min).
    Identifier les arguments sur lesquels il y a le plus de tension, faire hiérarchiser les controverses avec une discussion visant à identifier la controverse principale. (10 min).

    Schéma - Exemple :
    Schema - exemple carte controverse
    Exemple appliqué : « A propos de la voiture en ville »
    Schéma carte controverse, exemple appliqué "à propos de la voiture en ville"
  7. Temps de réflexion individuel (10 min)
    Temps de réflexion individuel à partir de 3 questions : avec un petit questionnaire distribué à chaque participant listant ces 3 questions :
    - Y-a-t-il des points sur lesquels vous considérez personnellement qu'il n'y a pas de controverse ? Pourquoi ?
    - Quel argument ou quelle preuve pourrait vous faire changer de position sur ce que vous considérez comme la controverse principale ?
    - Pour une des controverses identifiées, quelles procédures (ou mesures) de régulation pourraient être mises en place pour résoudre la question ?
     
  8. Prendre en photo le résultat (1 min)
     
  9. Conclure (5 min)
    Conclure et ouvrir sur des activités complémentaires si les animateurs ont plus de temps avec un groupe.
    Par exemple une étape supplémentaire avec distribution de documents complémentaires sur la QSV choisie aux binômes (chaque binôme reçoit un document différent). Ou alors on propose aux participants de faire des recherches pour une prochaine séance et de venir avec des documents.
    A partir de ces articles, les participants complètent, infirment, précisent les controverses et les acteurs impliqués à partir des documents distribués et font évoluer leur carte. Ils passent alors d'une carte de leurs représentations des controverses à une carte des controverses.
    Pour aller plus loin il est aussi possible d'ouvrir la réflexion et la cartographie sur :
    - Les espaces d'expressions des acteurs ou « arènes » : supports médiatiques, Assemblée nationale, évènements associatifs, café du coin…
    - La description plus fine de chaque acteur (statut de l'acteur, sphère sociale d'appartenance, rattachement à une organisation, valeurs et pratiques, culture métier de référence, concernement, objectif d'intervention, valeurs et pratiques…).

 

Conseils techniques et points de vigilance

  • Ce n'est pas la carte finale qui compte mais bien la démarche de sa construction.
  • La cartographie est organisée à partir des acteurs, et les flèches permettent de lier les arguments entre eux.
  • Les post-it avec les acteurs sont alignés en haut du tableau, et liés aux arguments par des flèches (ainsi les acteurs sont tous sur la même ligne : aspects politiques, de légitimité et d'autorité sont « neutralisés ») ou la carte est organisée de façon concentrique : le sujet au centre et les acteurs tout autour liés aux arguments par des flèches.
  • Les post-its avec les arguments peuvent ainsi être disposés sous les acteurs auxquels ils sont reliés puis déplacés si besoins pour être rapprochés d'autres arguments.
  • Il est possible d'ajouter des gommettes de couleur pour signifier que tel ou tel argument appartient à tel ou tel groupe d'acteurs, pour pouvoir garder la « filiation » entre arguments et acteurs lorsque l'on déplace des arguments pour pointer les controverses.


 

Variantes possibles

Chaque binôme identifie des espaces d'expression des acteurs (Assemblée nationale, médias, tribunes, associations…). Pour voir les différences de portée argumentative. / Post-its roses. Pas pour tous les acteurs, uniquement pour amener les participants à prendre conscience de cette dimension. (ajoute 10 min à l'animation)

Sources ayant permis la rédaction de cet article

Cette fiche méthodologique a été élaborée à partir de la fiche «Construire une carte de controverse sur une question socialement vive» publiée par le RESE2 dans l'outil pédagogique OSER! (GRAINE Languedoc-Roussillon), initialement construite avec Jean Simonneaux de l'Ecole Nationale de Formation Agronomique de Toulouse-Auzeville (UMR Éducation, Formation, Travail, Savoirs).

Elle  a  été  modifiée  à  l'occasion  de  la  journée «Quelles  postures  et  méthodes  pour  éduquer  aux  questions socialement   vives   en   santé-environnement ?» organisée   par   le   Pôle   Thématique   Régional   Education   Santé Environnement animé par GRAINE et l'IREPS Auvergne-Rhône-Alpes, avec le concours de :

  • Orélie  Desfriches-Doria(Maître  de  conférences  en  sciences  de  l'information  et  de  la  communication, Laboratoire ELICO, Université Lyon 3),
  • Benoit Urgelli (Maître de conférences en communication et éducation scientifique, médiation et enseignement des QSV, Laboratoire Education, Cultures et Politiques, Université Lyon 2),
  • Olivier  Morin  (Maître  de Conférences  en  didactique  desQSV  en  scienceset éducation audéveloppement durable, Laboratoire S2HEPUniversité Lyon 1).
Bibliographie / sitographie